Traitement de la bronchiolite

Écrit par les experts Ooreka

 

Dans la majorité des cas,le traitement de la bronchiolite s'opère à domicile et en fonction des différents symptômes. Seulement 7 % des cas nécessitent une hospitalisation pour soins et surveillance, pour les nourrissons de moins de 3 mois et les enfants fragiles.

Traitement de la bronchiolite : quand et qui faut-il consulter ?

Il est important d'aller consulter rapidement le médecin traitant ou le pédiatre si l'un des symptômes suivants se manifeste :

  • Si l'enfant présente des symptômes de bronchiolite, même s'il continue de s'alimenter.
  • Si, quelques jours après une consultation, les symptômes s'aggravent.
  • Si, après quelques jours, la fièvre augmente, les sécrétions bronchiques deviennent jaunâtres ou verdâtres (signes d'une surinfection bactérienne).

Le plus souvent, les parents prennent eux-mêmes l'initiative de se rendre aux urgences pédiatriques. L'hospitalisation concerne environ 20 % des patients alors que seulement 7 % des cas nécessitent réellement une hospitalisation. Le recours hospitalier doit rester une décision du médecin traitant ou du pédiatre, en fonction de l'état de santé de l'enfant.

La prise en charge aux urgences est indispensable dans les cas suivants :

  • s'il s'agit d'un nourrisson de moins de 3 mois ;
  • s'il s'agit d'un enfant né prématuré ou qui a eu des problèmes respiratoires à la naissance ;
  • s'il s'agit d'un enfant atteint d'une maladie chronique ;
  • s'il y a dégradation de l'état général de l'enfant (enfant très agité ou au contraire sans réaction) ;
  • s'il y a refus de boire ou de manger ;
  • si troubles digestifs (vomissements, diarrhées) à cause du risque de déshydratation ;
  • si pâleur, extrémités bleues (doigts, lèvres) ;
  • si aggravation des difficultés respiratoires (respiration courte et rapide, pauses respiratoires, respiration irrégulière, lutte respiratoire).

Dans tous les cas, l'état respiratoire des enfants doit être étroitement surveillé. Toute aggravation nécessite une consultation, voire une hospitalisation.

Les types de traitement de la bronchiolite

Il existe différents types de traitements de la bronchiolite, à suivre en fonction des symptômes observés.

La désobstruction nasale

Les nourrissons respirent essentiellement par le nez. Il est donc capital de libérer les voies aériennes supérieures, grâce à la technique du lavage de nez. Le lavage de nez est privilégié à l'utilisation du mouche-bébé. Aucune donnée ne permet de recommander l'instillation d'un produit autre que le sérum physiologique.

Les traitements médicamenteux

Pour traiter les symptômes de la bronchiolite, quelques médicaments peuvent être prescrits :

  • Le paracétamol est le médicament principal pour faire baisser la fièvre. Le paracétamol existe sous plusieurs formes (comprimés, poudres, suppositoires, sirops) à choisir en fonction de l'âge et du goût de l'enfant. La posologie est adaptée au poids et à l'âge de l'enfant. Les prises de paracétamol doivent être espacées d'au minimum 6 heures.
  • La ribavirine est un agent antiviral parfois utilisé dans les formes graves car le VRS y est sensible. Pourtant, son utilité n'a pas été démontrée scientifiquement.

D'autres médicaments sont en revanche déconseillés, voire contre-indiqués, dans le traitement de la bronchiolite :

  • La bronchiolite est une maladie virale et les antibiotiques sont donc totalement inefficaces sur la maladie. L'usage des antibiotiques n'est réservé qu'en cas de surinfection bactérienne.
  • Les bronchodilatateurs sous forme d'aérosols (médicaments prescrits dans l'asthme) ne sont pas efficaces. Parfois l'apparition d'un spasme bronchique ou bronchospasme (qui se manifeste par un sifflement) nécessite d'utiliser certains bronchodilatateurs (appelés béta-2-mimétiques) en spray ou en aérosols. Leur utilisation est très encadrée.
  • Les mucorégulateurs et les fluidifiants bronchiques (médicaments pour fluidifier les sécrétions bronchiques) sont contre-indiqués.
  • Les sirops antitussifs sont à proscrire car la toux est un phénomène naturel qui permet d'évacuer les sécrétions bronchiques.
  • Les corticoïdes oraux ou inhalés n'ont pas d'effet sur l'évolution de la bronchiolite et n'ont pas démontré leur efficacité pour réduire le risque de rechute. Ils ne sont donc pas recommandés.

L'oxygénothérapie

L'oxygénothérapie peut être prescrite à l'hôpital dans les formes graves quand la saturation en oxygène est inférieure à 94 %. L'oxygénothérapie consiste à apporter de l'oxygène au patient pour rétablir et maintenir un taux normal d'oxygène dans le sang. Deux dispositifs principaux sont utilisés : les lunettes à oxygène (petits embouts placés dans les narines) et le masque à oxygène (masque qui recouvre la bouche et le nez).

En fonction de l'état respiratoire de l'enfant, le médecin adapte le débit d'oxygène et la durée de l'oxygénothérapie. Le traitement est suivi régulièrement par une mesure de la saturation en oxygène (mesurée par un petit capteur en forme de pince placé sur un doigt).

La kinésithérapie respiratoire

La kinésithérapie respiratoire est largement prescrite dans le traitement de la bronchiolite. Même si son efficacité n'est pas étayée jusque là par des études scientifiques, elle apporte des bénéfices à plusieurs niveaux :

  • le désencombrement des voies aériennes supérieures (désobstruction rhinopharyngée, instillation locale de sérum physiologique, aspiration nasopharyngée) et des voies aériennes inférieures (augmentation lente du flux expiratoire, toux provoquée) ;
  • la surveillance et l'évaluation régulière de l'état de santé de l'enfant ;
  • l'éducation thérapeutique des familles.

Nutrition et sommeil

La bronchiolite peut altérer l'alimentation et le sommeil de l'enfant. Quelques conseils peuvent permettre d'atténuer les répercussions de la bronchiolite sur le bien-être du nourrisson :

  • La fièvre et la polypnée augmentent les pertes hydriques de l'enfant, alors qu'une bonne hydratation favorise la fluidification des sécrétions bronchiques. Il est important de bien hydrater l'enfant en respectant les apports en eau recommandés :
    • 100 à 110 ml par kg de poids corporel et par jour pour les nourrissons de moins de 6 mois ;
    • 80 ml par kg de poids corporel et par jour pour les nourrissons plus âgés.
  • Si le nourrisson a des difficultés pour s'alimenter, les repas peuvent être fractionnés au cours de la journée.
  • En cas de vomissements, les biberons peuvent être épaissis avec des farines adaptées.
  • Pour faciliter le sommeil de l'enfant, la position idéale est proclive dorsal à 30° avec la tête légèrement en extension. La literie et les moyens de maintien de l'enfant en position inclinée doivent être homologués.
  • Il est important d'aérer quotidiennement la chambre et de maintenir une température maximale de 19°C.

L'homéopathie contre la bronchiolite

Plusieurs souches homéopathiques sont préconisées dans le cas de la bronchiolite et peuvent compléter la prise en charge :

  • Antimonium tartaricum 5CH et Phosphorus 5CH sont donnés à raison de 3 granules de chaque souche en alternance 3 fois par jour jusqu'à amélioration des symptômes.
  • Selon les symptômes, d'autres souches peuvent compléter la prescription :
    • Ferrum phosphoricum en cas de toux sèche et de fièvre peu élevée ;
    • Hepar sulfuris calcareum en cas de sibilance et de toux grasse ;
    • Ipeca en cas de toux sifflante, spasmodique et de signes de cyanose.

Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !