Trachéo-bronchite

Écrit par les experts Ooreka
 

La trachéo-bronchite est une inflammation aiguë de la trachée et des bronches. Elle correspond à une trachéite (inflammation des bronches) associée à une bronchite. La trachéo-bronchite peut se rencontrer dans plusieurs circonstances :

  • La trachéo-bronchite peut être une complication d'une trachéite aiguë, notamment chez l'enfant.
  • Les jeunes enfants présentent fréquemment des trachéo-laryngo-bronchites (combinaison d'une trachéo-bronchite avec une laryngite, inflammation du larynx).
  • La trachéo-bronchite est une infection nosocomiale fréquente chez les patients hospitalisés et sous ventilation mécanique.

La trachéo-bronchite aiguë

De la trachéite à la trachéo-bronchite

La trachéo-bronchite constitue l'une des complications possibles de la trachéite, infection fréquente chez les jeunes enfants comme chez les adultes. La trachéite est une inflammation aiguë de la trachée due à :

  • une infection virale ou bactérienne, plus fréquente en hiver, comme la bronchite ;
  • une inhalation de substances irritantes (tabac, fumée, produit chimique, etc.).

Les symptômes de la trachéite sont relativement proches de ceux de la bronchite avec une toux sèche qui devient progressivement grasse et une fièvre modérée.

Remarque : la toux est cependant plus irritative que dans la bronchite et s'accompagne d'un enrouement caractéristique.

La trachéite infectieuse est souvent associée à une infection des voies aériennes supérieures (rhume, rhino-pharyngite) qui se propage vers la trachée. Comme la bronchite, la trachéite peut devenir chronique si la toux irritative persiste.

Évolution de la trachéo-bronchite

Le traitement de la trachéite est très proche de celui de la bronchite. Chez le sujet en bonne santé, le recours aux médecines douces (homéopathie, aromathérapie et phytothérapie) est tout à fait indiqué. En homéopathie, plusieurs souches homéopathiques correspondent plus spécifiquement à l'atteinte de la trachée :

  • Calcarea carbonica ;
  • Spongia tosta (enrouement).

La trachéo-bronchite est le plus souvent bénigne chez les enfants et les adultes en bonne santé. Des précautions sont néanmoins à prendre chez les personnes fragiles (jeunes enfants, femmes enceintes, personnes âgées) ou présentant des facteurs de risque (sujets atteints de pathologies chroniques graves).

Bon à savoir : dans tous les cas, si la toux persiste au-delà de 3 semaines, si les symptômes s'aggravent (élévation de la fièvre sur plusieurs jours) ou si une gêne respiratoire apparaît, il est essentiel de consulter un médecin. Le risque de trachéite bactérienne ou de pneumopathie doit être évalué par le médecin, car ces pathologies nécessitent un traitement médicamenteux. 

La trachéo-laryngo-bronchite des jeunes enfants

Le croup

La trachéo-laryngo-bronchite (parfois appelée croup par les anglophones) est la combinaison d'une trachéite, d'une laryngite et d'une bronchite. L'inflammation aiguë concerne les voies aériennes depuis le larynx jusqu'aux bronches en passant par la trachée.

Les enfants âgés de moins de 7 ans sont les plus touchés, car la taille de leurs voies respiratoires est plus propice aux infections. Cette pathologie est le plus souvent d'origine virale, parfois consécutive à une autre infection des voies aériennes (rhume, rhino-pharyngite, grippe).

De manière générale, la trachéo-laryngo-bronchite est une pathologie bénigne qui guérit spontanément en quelques jours, la toux pouvant persister sur une quinzaine de jours. Le traitement est similaire de celui de la bronchite chez l'enfant, accompagné de quelques recommandations particulières :

  • Humidifier l'air de la chambre ;
  • Surélever la tête de l'enfant pour le coucher ;
  • Bien hydrater l'enfant.

Comme dans le cas de la bronchite, les antitussifs, les fluidifiants bronchiques et les antibiotiques sont inutiles et inefficaces.

Une infection bénigne mais à surveiller

Lorsque les symptômes persistent au-delà de trois semaines, ou lorsque les symptômes deviennent récurrents, une consultation médicale s'impose pour déterminer la cause exacte des symptômes :

  • Chez certains enfants, la trachéo-laryngo-bronchite est récurrente pendant les premières années de vie. Les épisodes se raréfient lorsque l'enfant grandit et deviennent rares après l'âge de 7 ans.
  • Les mêmes symptômes peuvent être dus à des pathologies non infectieuses :
    • des réactions allergiques donnant des symptômes de trachéo-laryngo-bronchite, sans fièvre, ponctuels mais récurrents ;
    • un reflux gastro-œsophagien sévère et non traité. 

Attention aux confusions !

Chez les jeunes enfants, une consultation médicale est tout de même recommandée en cas de doute. En effet, les symptômes de la trachéo-bronchite et de la trachéo-laryngo-bronchite peuvent être confondus avec d'autres maladies qui nécessitent une prise en charge médicale : 

  • La trachéite bactérienne est le plus souvent provoquée par les bactéries Staphylococcus aureus et Hæmophilus influenzæ. Les symptômes sont une toux rauque, une fièvre élevée (supérieure à 38,5 °C) et des difficultés respiratoires. Fréquente chez les enfants de moins de 3 ans, elle nécessite un traitement antibiotique adéquat.
  • L'épiglottite aiguë est une inflammation de l'épiglotte qui touche généralement les enfants entre 2 et 7 ans. Cette maladie bactérienne peut être grave et nécessite une prise en charge médicale. Les symptômes sont une fièvre élevée (supérieure à 38,5 °C), un mal de gorge, des difficultés respiratoires et un stridor (sorte de grondement lié à la respiration). L'enfant a souvent beaucoup de mal à respirer et est incapable de parler.

À noter : la bactérie Hæmophilus influenzæ est un agent infectieux particulièrement fréquent dans ces deux maladies. La couverture vaccinale des enfants par le vaccin contre les infections à Haemophilus influenzae (vaccin combiné à la vaccination obligatoire DTP - Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite) a permis une forte réduction de l'épiglottite et de la trachéite bactérienne. Ce vaccin devient également obligatoire au 1er janvier 2018 pour être admis en collectivité, et des contrôles sont prévus à partir du 1er juin. Les enfants nés avant ne sont pas concernés. Toutefois, ces pathologies peuvent encore se manifester, car d'autres agents infectieux peuvent les provoquer.

La trachéo-bronchite contractée sous ventilation mécanique

La trachéo-bronchite acquise sous ventilation mécanique (TAVM) est une infection nosocomiale contractée par les patients hospitalisés et sous ventilation mécanique (technique d'assistance respiratoire). Cette infection est particulièrement fréquente dans les services de réanimation et constitue un réel problème de santé publique dans le monde entier.

Bon à savoir : le corps médical considère que la TAVM est une étape intermédiaire avant la pneumonie acquise sous ventilation mécanique (PAVM).

Le diagnostic de TAVM est posé devant les signes suivants :

  • une fièvre élevée (supérieure à 38,5 °C) ;
  • des aspirations trachéo-bronchiques purulentes ;
  • l'absence de signes radiologiques nouveaux sur la radiographie thoracique ;
  • un ECBC positif.

L'infection est souvent provoquée par la bactérie Pseudomonas æruginosa. Elle se caractérise par une inflammation des voies aériennes de la trachée aux bronches, provoquant une augmentation des sécrétions trachéo-bronchiques. Une antibiothérapie est indispensable pour traiter l'infection et prévenir l'évolution vers la PAVM.

Remarque : la TAVM est à l'origine d'une prolongation de la ventilation mécanique et donc du séjour en réanimation et de l'hospitalisation du patient.


Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !