Contagion de la bronchiolite

Écrit par les experts Ooreka

 

Chaque année, la bronchiolite donne lieu à de véritables épidémies touchant principalement les nourrissons et les jeunes enfants. Ces épidémies résultent d'une contagion importante des virus de la bronchiolite. Le développement de ces épidémies est favorisé par la promiscuité, l'urbanisation et la mise en collectivité précoce des enfants.

La bronchiolite est-elle contagieuse ?

La bronchiolite chez le nourrisson est une pathologie virale très contagieuse. Après une phase d'incubation de 2 à 8 jours, la bronchiolite se transmet pendant la phase évolutive de la maladie, c'est-à-dire pendant la durée des symptômes. Le virus est éliminé de l'organisme après quelques jours, voire après quelques semaines. Une personne atteinte de bronchiolite reste contagieuse pendant plus ou moins longtemps, en fonction de son âge ou de son état de santé :

  • 3 semaines chez les nourrissons de moins de 6 mois ;
  • 3 à 7 jours chez l'enfant et l'adulte ;
  • plusieurs mois chez le sujet immunodéprimé.

À noter : Selon l'évolution de la maladie, les enfants peuvent donc retourner en collectivité après 5 à 10 jours.

Comment la bronchiolite se transmet-elle ?

La bronchiolite se transmet selon deux modes :

  • Par transmission directe : le virus se transmet par les sécrétions d'une personne infectée (la toux, les éternuements, les postillons, la salive, le mouchage).
  • Par transmission indirecte : le virus se transmet par l'intermédiaire des mains ou de matériel infecté (les jouets, le linge, le mouche-bébé, la vaisselle, les biberons, ...). Le principal virus responsable de la bronchiolite, le VRS, survit moins d'une heure sur la peau, mais peut survivre plusieurs heures sur les objets et le linge.

La promiscuité et la collectivité sont des facteurs qui favorisent la transmission de la maladie. La transmission par un adulte (qui a un rhume ou une rhinopharyngite) est moindre par rapport à la transmission entre les enfants au sein des collectivités.

Dans le milieu familial, 62 % des nourrissons de moins d'un an seront infectés si une personne de la famille est infectée.

À noter : La présence d'anticorps maternels transmis par le lait ne permet pas de protéger les nourrissons allaités contre la bronchiolite.

La forte contagiosité de la bronchiolite provoque des épidémies automnales et hivernales. Elles débutent vers la mi-octobre, atteignent un pic épidémique en décembre et durent jusqu'à la fin de l'hiver.

Que faire pour limiter la contagion ?

Face à un virus très contagieux, l'un des outils les plus efficaces pour limiter l'expansion de l'épidémie est la prévention.

Au quotidien, un certain nombre de précautions permettent de limiter le risque de transmission en période d'épidémie :

  • Se laver les mains à l'eau et au savon, ou avec des gels hydro-alcooliques, fréquemment, avant et après chaque contact avec l'enfant.
  • Apprendre aux enfants à se laver les mains correctement.
  • Ne pas échanger les biberons, les tétines ou la vaisselle entre les enfants.
  • Nettoyer et sécher après chaque utilisation les biberons, les tétines et la vaisselle.
  • Nettoyer fréquemment les jouets et les peluches des nourrissons, et limiter leur nombre (notamment pour les peluches).
  • En cas de rhume, porter un masque pour protéger les nourrissons.
  • Aérer la chambre des enfants tous les jours et maintenir une température aux environs de 19°C.
  • Laver le nez des enfants atteints de rhume, de rhinopharyngite ou de bronchiolite.
  • Éviter les contacts rapprochés entre un nourrisson et des enfants fréquentant des collectivités (école, crèche).
  • Éviter d'emmener un nourrisson dans des lieux publics de forte affluence (transports en commun, centres commerciaux).
  • Ne pas exposer les enfants et les nourrissons au tabagisme passif.

Quels moyens sont mis en place pour surveiller les épidémies de bronchiolite ?

La bronchiolite est une maladie qui survient sous forme d'épidémie saisonnière pendant la période de l'automne et de l'hiver. Comme pour la surveillance d'autres épidémies virales (grippe, gastroentérite), les épidémies de bronchiolite font l'objet d'un suivi en France par des réseaux de surveillance.

La surveillance de la bronchiolite repose principalement sur deux réseaux complémentaires :

  • Le réseau GROG (Groupes régionaux d'observation de la grippe) : Ce réseau surveille principalement la grippe, mais également la bronchiolite. Des médecins volontaires, généralistes et pédiatres, recensent les consultations pour bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans. Les informations collectées donnent une image générale de l'évolution de l'épidémie.
  • Le réseau OSCOUR (Organisation de la surveillance coordonnée des urgences) : mis en place par l'institut national de veille sanitaire (INVS) en 2004, ce réseau recense l'ensemble des consultations aux urgences, dont les consultations pour bronchiolite.

À noter : En France, il n'existe donc pas de réseau national spécifique pour suivre la bronchiolite.

En revanche, des réseaux locaux ont été créés, aussi bien en région parisienne (réseau ERBUS : Épidémiologie et recueil des bronchiolites en urgence pour surveillance) qu'en province (association des réseaux bronchiolites régionaux). Ces réseaux sont essentiels pour suivre l'épidémie et organiser les services de soins pour prendre en charge les cas de bronchiolite en ville et à l'hôpital.


Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !