Bronchite dentaire

Écrit par les experts Ooreka

Chez les nourrissons, les poussées dentaires jalonnent leurs deux premières années de vie. Parallèlement, les parents notent souvent une concordance entre les poussées dentaires et la survenue d'une bronchite aiguë, infection des bronches le plus souvent d'origine virale. Les parents évoquent alors la notion de bronchite dentaire, qui serait une forme particulière de bronchite du bébé, provoquée par l'éruption des dents de lait. 

Bronchite dentaire : que sont les poussées dentaires ?

Entre 5 et 30 mois, les nourrissons subissent plusieurs poussées dentaires correspondant à l'éruption des dents de lait :

  • vers l'âge de 6 mois pour les incisives centrales ;
  • vers l'âge de 9 mois pour les incisives latérales ;
  • vers l'âge de 12 mois pour les premières molaires ;
  • vers l'âge de 18 mois pour les canines ;
  • vers l'âge de 24 mois pour les secondes molaires.
Ondrooo / Getty

Différents symptômes sont répertoriés par les médecins comme caractéristiques d'une poussée dentaire :

  • Des douleurs sont dues au passage des dents au niveau des os de la mâchoire et au passage au travers des gencives. Ces douleurs peuvent durer plusieurs jours.
  • L'enfant est irrité ou agité, et pleure plus que d'habitude, même si son état général reste bon.
  • L'enfant bave beaucoup. Cette importante salivation est nécessaire pour maintenir l'hydratation de la bouche et pour protéger les gencives. La salive peut provoquer une irritation et une rougeur au niveau du menton.
  • Une légère fièvre (inférieure à 38,5 °C) peut apparaître pendant 1 à 2 jours.
  • Les gencives peuvent être enflées, sensibles, voire changer de couleur (inflammation des gencives).
  • Une joue ou les deux joues deviennent rouges (= érythème des joues).
  • Le sommeil de l'enfant peut être perturbé avec des difficultés d'endormissement.
  • L'enfant peut perdre l'appétit. Il cherche à mordiller les objets et met souvent ses doigts dans sa bouche.
  • Des symptômes plus rares peuvent être notés (eczéma, coliques, constipation, troubles alimentaires).

Que faire en cas de poussées dentaires ?

Plusieurs remèdes et recommandations existent pour soulager au maximum l'enfant pendant les poussées dentaires :

  • En général, la fièvre n'excède pas 38°C et ne nécessite donc pas de donner un antipyrétique. En revanche, si les douleurs sont importantes, un antalgique peut aider l'enfant à mieux supporter la poussée dentaire. Le paracétamol est l'antalgique privilégié chez l'enfant. Il existe sous forme de sirops ou de suppositoires, avec une posologie adaptée au poids de l'enfant. Il est important de respecter un délai minimal de 6 heures entre les prises de paracétamol.
  • Un gel buccal peut être utilisé pour masser les gencives (plusieurs produits sont vendus en pharmacie). On peut également masser la gencive avec son doigt. Ces massages soulagent temporairement le nourrisson.
  • L'homéopathie est indiquée dans le traitement de la poussée dentaire :
    • La préparation Camilia (dosettes homéopathiques de 1 ml contenant Chamomilla vulgaris, Phytolacca decandra et Rheum) présente un double avantage : Elle contient les souches les plus efficaces sur la poussée dentaire et elle se présente sous forme liquide, facile à donner au nourrisson.
    • Deux souches homéopathiques de référence : Chamomilla vulgaris 5CH, Phytolacca decandra 5 CH, 3 granules de chaque en alternance 3 fois par jour jusqu'à amélioration des symptômes.
    • D'autres souches homéopathiques peuvent compléter la prescription au cas par cas : Rheum, Belladonna, Podophyllum peltatum.
  • La mastication d'aliments solides (pain, biscuit) ou le mâchonnement d'anneaux de dentition (homologués pour cet usage) permet de soulager les douleurs et d'accélérer l'éruption.

La bronchite dentaire existe-t-elle vraiment ?

Les poussées dentaires varient beaucoup d'un enfant à un autre, et pour un même enfant, d'une poussée dentaire à une autre. Elles sont souvent cause de gêne chez le nourrisson, mais en aucun cas, elles ne causent de maladies chez le bébé.

De nombreux parents incriminent les poussées dentaires en cas de symptômes concomitants de rhume, rhinopharyngite, bronchite, otite, érythème fessier, etc. Dans le cas de la bronchite, le concept de bronchite dentaire est avancé pour expliquer la juxtaposition d'une poussée dentaire avec une bronchite.

En fait, la bronchite résulte ici non pas directement de la poussée dentaire, mais d'une infection virale contractée au cours de la poussée dentaire. La poussée dentaire provoque un processus d'inflammation chez le nourrisson, qui est alors plus vulnérable aux infections, notamment virales comme la bronchite. L'éruption des dents de lait ne cause donc pas directement la bronchite, mais favorise indirectement les infections virales.

La bronchite virale est une pathologie bénigne qui guérit spontanément en 2 à 3 semaines. Une toux passagère sans signes respiratoires ni fièvre élevée évoque une bronchite virale, sans lien direct avec la poussée dentaire.

Remarque : Les symptômes et l'évolution de cette bronchite sont identiques à toute bronchite aiguë chez le bébé. Elle est donc prise en charge comme toutes les bronchites aiguës du nourrisson. Cependant, les parents doivent surveiller l'état de santé de l'enfant pour ne pas passer à côté d'une infection plus sérieuse.

Bronchite dentaire et poussées dentaires : attention aux confusions !

Les poussées dentaires ne provoquent pas directement de maladies chez le nourrisson, mais elles le rendent plus fragile face aux infections. Au cours de la poussée dentaire, il est donc important de surveiller l'état de santé de l'enfant pour consulter en cas d'aggravation ou de symptômes évocateurs d'une infection à traiter :

  • La bronchiolite débute par des symptômes ORL qui se compliquent rapidement par une toux et des signes respiratoires. La survenue de signes respiratoires nécessite une consultation médicale pour détecter une éventuelle bronchiolite, surtout chez les enfants fragiles.
  • Si une bronchite dentaire est évoquée à chaque poussée dentaire du nourrisson, un asthme du nourrisson peut être recherché. L'asthme du nourrisson est évoqué au-delà du troisième épisode de bronchiolite chez un enfant de moins de 2 ans. Le plus souvent, il concerne des enfants présentant un terrain atopique.
  • Si la fièvre devient supérieure à 38,5°C et si l'état général de l'enfant se dégrade, il est important de consulter pour vérifier l'existence d'une éventuelle infection bactérienne (otite, pneumopathie par exemple).
  • Si une éruption cutanée associée à une forte fièvre apparaît, il est nécessaire de consulter le médecin traitant ou le pédiatre.

Bon à savoir : Quelles que soient les circonstances, en cas de doute, il est préférable de consulter le médecin traitant ou le pédiatre.


Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !