Bronchiolite du nourrisson

Écrit par les experts Ooreka

 

La bronchiolite aiguë est une infection virale des bronchioles (petites bronches) qui touche surtout les nourrissons et les jeunes enfants. Le plus souvent bénigne, elle évolue rapidement vers la guérison et ne nécessite une surveillance accrue que chez les nourrissons de moins de 3 mois et chez les enfants fragiles. Elle est à l'origine d'épidémies annuelles hivernales, avec une expansion de ces épidémies depuis quelques années.

Virus responsables de la bronchiolite du nourrisson

La bronchiolite du nourrisson est due à une infection virale. Plusieurs virus peuvent être la cause d'une bronchiolite aiguë :

  • le virus respiratoire syncitial (VRS) responsable de 60 à 90 % des cas, avec une coexistence des deux sérotypes (variétés antigéniques) A et B ;
  • le human boca virus ;
  • le metapneumovirus ;
  • les adenovirus ;
  • le virus influenzæ (virus de la grippe) ;
  • le virus parainfluenzæ (5 à 20 % des cas) ;
  • les rhinovirus (virus du rhume).

Bon à savoir : La prophylaxie par le Synagis® protège les nourrissons les plus fragiles contre les bronchiolites dues au VRS. Cette prophylaxie ne protège pas les nourrissons des bronchiolites dues aux autres virus. 

Épidémiologie de la bronchiolite chez le bébé

Données épidémiologiques

La bronchiolite aiguë touche les nourrissons entre 1 et 24 mois, avec une probabilité accrue entre 2 et 8 mois (période au cours de laquelle les bronchioles sont les plus fragiles). La bronchiolite est l'infection respiratoire basse la plus fréquente chez le nourrisson avec environ 500 000 cas par an, soit 30 % de la classe d'âge des 1 mois à 2 ans.

À noter : Les infections au VRS apparaissent chez le nourrisson en dépit de la présence d'anticorps maternels transmis au cours de l'allaitement.

La plupart des nourrissons sont infectés dès leur premier hiver, tous l'ont été après leur second hiver. À 2 ans, 95 % des enfants sont porteurs d'anticorps anti-VRS. Pour la majorité d'entre eux (70 à 80 %), l'infection par le VRS n'entraîne qu'une rhinopharyngite associée ou non à une banale bronchite. Tous les enfants sont donc infectés par le VRS, mais tous ne développent pas une bronchiolite. 

Les facteurs favorisant les épidémies de bronchiolite

Face à l'augmentation du nombre de cas de bronchiolite chaque année, l'existence de facteurs favorisant la survenue d'une bronchiolite est avancée. Les facteurs régulièrement mis en cause sont :

  • L'environnement favoriserait non pas la survenue de la première bronchiolite, mais plutôt les récidives. Les facteurs environnementaux incriminés sont :
    • le mode de garde en collectivité ;
    • la vie en zone urbaine ;
    • un faible niveau socio-économique des familles ;
    • les grandes fratries ;
  • Des anomalies respiratoires pré-existantes comme l'étroitesse des voies aériennes inférieures ou la bronchodysplasie (= modification de la paroi des bronches en lien avec un trouble de la croissance pulmonaire) des prématurés.
  • Un déséquilibre immunitaire (modification des proportions des différentes populations de globules blancs).
  • Le tabagisme passif : La gravité de la bronchiolite est corrélée à la présence d'un fumeur au domicile en période épidémique. Cette corrélation est renforcée lorsque le fumeur est la mère de l'enfant.

Les complications de la bronchiolite chez le bébé

Certains nourrissons présentent des rechutes de bronchiolites avant l'âge de 2 ans. À partir du troisième épisode, l'asthme du nourrisson est évoqué. L'asthme du nourrisson est surtout observé chez les jeunes enfants présentant un terrain atopique.

Le risque de détresse respiratoire grave est plus important chez les enfants de moins de 6 semaines, mais la mortalité est quasi-nulle. Les symptômes sont plus importants lorsque les nourrissons sont nés prématurément ou s'ils présentent parallèlement d'autres pathologies, connues ou non :

  • mucoviscidose ;
  • maladie cardiaque ;
  • maladie pulmonaire ;
  • déficit immunitaire.

Bon à savoir : Si les symptômes de la bronchiolite ne s'améliorent pas après 3 à 4 semaines, le médecin recherche la présence d'une autre pathologie (maladie pulmonaire, reflux gastro-œsophagien) ou d'une complication de la bronchiolite (bronchiolite oblitérante).

Des épidémies hivernales en expansion

La bronchiolite aiguë est une maladie virale très contagieuse, responsable chaque année d'épidémies hivernales, qui durent de la mi-octobre jusqu'à la fin de l'hiver. Depuis les années 90, le nombre de cas de bronchiolite augmente chaque année de 9 à 10 %.

La bronchiolite est une maladie connue depuis très longtemps, mais elle semble de plus en plus fréquente, aussi bien en France que dans nombre de pays industrialisés. L'accroissement du nombre de cas est parfois imputé à la pollution des zones urbanisées et aux modifications climatiques. Les changements de mode de vie entrent aussi en ligne de compte. Les enfants sont mis en collectivité très jeunes, les nourrissons sont emmenés partout dans les lieux publics, dans les voyages, etc.

La bronchiolite est le plus souvent une maladie bénigne qui guérit rapidement et sans séquelles. Mais les nourrissons les plus jeunes et les enfants fragiles présentent des risques de formes graves et de complications. S'il paraît difficile de prévenir tous les cas de bronchiolite, des précautions individuelles et collectives peuvent être prises pour limiter l'expansion des épidémies de bronchiolite et pour réduire la transmission aux enfants les plus fragiles. 


Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !