Sommaire

L'épithélium est un tissu hautement spécialisé qui tapisse la surface et les cavités de l'organisme. Ses rôles sont variés et confèrent aux organes une fonction propre, comme les échanges gazeux, l'absorption de nutriments, ou encore la sécrétion de diverses substances biologiques. On vous en parle dans le détail dans cet article !

Qu'est-ce que l'épithélium ?

Les cellules de l'organisme sont organisées en 4 groupes de tissus :

  • le tissu de soutien : conjonctif, cartilagineux, osseux ;
  • le tissu musculaire ;
  • le tissu nerveux ;
  • le tissu épithélial.

L'épithélium désigne un groupe de tissus spécialisés, il comprend :

  • les épithéliums de surface, ils recouvrent toutes les surfaces du corps, les cavités et les tubes. Ils forment ainsi une interface entre les différents compartiments biologiques ;
  • les organes solides.

De quoi est composé l'épithélium ?

L'épithélium est composé de cellules accolées et solidaires entre elles grâce à des systèmes de jonction, réparties en un ou plusieurs feuillets. Elles reposent sur une lame basale qui les sépare du tissu conjonctif.

Les cellules épithéliales sont polarisées, et comportent :

  • un pôle apical, différencié en fonction du rôle de la cellule, tourné vers la lumière de la cavité ;
  • un pôle basal dirigé vers le tissu conjonctif. 

L'épithélium présente à sa surface des structures spécialisées : 

  • cils (voies aériennes) ; 
  • microvillosités, villosités et cryptes, replis de la muqueuse destinés à augmenter la surface d'échange (intestin) ;
  • kératine et squames de la couche cornée de la surface de l'épiderme (couche cornée), qui conférent une protection contre les abrasions mécaniques. 

Fonctions de l'épithélium

Les épithéliums assurent un rôle :

  • de protection vis-à-vis du milieu extérieur : mécanique par la cohésion des cellules entre elles, surtout au niveau cutané grâce à la kératine et chimique par la sécrétion de mucus ;
  • d'absorption, surtout au niveau intestinal ;
  • d'échanges entre le sang et l'air, entre le sang et les nutriments ; 
  • de réception de messages sensoriels, pour les cellules auditives et gustatives ;
  • mouvement de structures de surface par la présence de cils vibratiles ;
  • sécrétion, pour les épithéliums glandulaires.

Classification des épithéliums

Selon la forme des cellules

Selon la forme de cellules, l'épithélium peut être :

  • pavimenteux (cellules aplaties) ;
  • cubique ;
  • cylindrique.  

Selon le nombre de couches cellulaires

En fonction du nombre de couches de cellules, les épithéliums peuvent être : 

  • simples : une couche de cellules, ils sont plus adaptés à la diffusion (alvéoles pulmonaires, endothélium, mésothélium) ; 
  • pseudostratifiés : une couche de cellules qui par leur disposition donne l'impression d'avoir plusieurs couches. Ils sont trouvés dans les voies respiratoires ; 
  • stratifiés : plusieurs couches cellulaires superposées, pour une fonction de protection. Ils bordent la cavité buccale, certaines zones des voies aériennes supérieures, l’œsophage, le col utérin, le vagin, les voies urinaires et le canal anal, et constituent l'épiderme à la surface du corps.

Parmi ces derniers, certains présentent des particularités :

  • les épithéliums malpighiens sont faits de cellules pavimenteuses et peuvent être kératinisés (épiderme) ou non kératinisés ;
  • l'urothélium, ou épithélium de transition, est constitué de cellules dont la forme s'adapte à leur degré d'étirement.

Selon le rôle de l'épithélium

On distingue les épithéliums de revêtement et les épithéliums glandulaires.

Les épithéliums de revêtement bordent la surface du corps et les cavités l'organisme. On peut citer :

  • l'épiderme, épithélium pavimenteux stratifié kératinisé, revêtement cutané qui limite la surface du corps, et constitue une interface entre le monde extérieur et l'intérieur de l'organisme ;
  • l'épithélium malpighien, tapisse les cavités qui prolongent l'extérieur : certaines parties des voies aériennes et du tube digestif, voies urinaires, voies génitales ;
  • l'épithélium digestif, simple et cylindrique, riche en cellules sécrétantes et pourvu par endroits de replis appelés villosités et microvillosités ;
  • l'épithélium respiratoire, pseudostratifié et cilié ;
  • l'endothélium, tapisse les cavités closes à savoir les cavités cardiaques et vasculaires ;
  • le mésothélium, tapisse les cavités cœlomiques (pleurale, péritonéale, péricardique).

Les épithéliums glandulaires sont principalement impliqués dans la sécrétion qui peut se faire par un canal excréteur (glandes exocrines) ou directement dans le sang (glandes endocrines, sécrétion d'hormones). Ils sont regroupés :

  • en organes (glandes salivaires, foie, glandes surrénales) ; 
  • en éléments glandulaires dans les tissus conjonctifs (tissus glandulaires respiratoires ou du tractus gastro-intestinal) ; 
  • en cellules uniques sécrétrices au sein des épithéliums de revêtements.

Ces pros peuvent vous aider